mercredi 26 septembre 2012

les moulins du lez

Quand on a la chance de descendre le Lez en canoé , la progression est ponctuée par de multiples petits barrages qui correspondent bien souvent à des chaussées ou paissières d'anciens moulins.

Je vais essayer petit à petit de retrouver leurs vestiges quand ils sont encore visibles
ce post est donc évolutif , je le ferais remonter au fur et à mesure

Je commence avec le moulin de Boudet entre Montferrier et Montpellier .

Juste en contrebas du boulevard urbain Nord de Montpellier ,


 Dans une épaisse ripisylve classée en ZNIEFF, on découvre un édifice largement ruiné par les crues dévastatrices du lez .






Son étrave porte les traces des colères du fleuve


Avec 3 meules de front , il s'agit d'une installation relativement importante mais noyée désormais dans la végétation



Visiblement il fonctionnait encore au début du 20 e siècle vu la machinerie sophistiqué d'acier qu'on devine



mais il devait y avoir d'autres installations car un guide du voyageur du 19 e siècle indique des activités de filatures et foulons  qui n'ont aucun rapport avec nos meules .


Un petit tour dans les étages inférieurs ( quand ils ne sont pas écroulés ou comblés )





méfiance donc en faisant la visite !
D'autant qu'il y rode peu etre le fantôme d'un maraudeur, le fils d'un certain Molines, abattu en ces lieux en 1900 par un garde chasse trop zélé.
comme l'atteste de vieux registres judiciaires trouvés par mon ami Google 
acte de maraudage; - Attendu que tous les témoins ayant assisté à la scène du meurtre sont unanimes à reconnaître qu'après avoir tué d'un coup de fusil un chien qui aboyait au moment où il pénétrait dans la cour du moulin de Boudet ...
 
l'homicide semble avoir été le fruit animosité personnelle . L'acte criminel du garde ne se rattache pas à sa fonction, attendu qu'il est à noter que le moulin de Boudet, lieu du meurtre commis par le garde Bartéï, ne fait point partie du territoire qui était soumis à son autorité ...

a volontairement donné la mort, d'un coup de feu, au fils de Molines, il ne se trouvait, pas plus que cet infortuné jeune homme, sur le territoire confié à sa garde; d'autre part, que rien n'établit que ledit Bartei se fût rendu au moulin de Boudet,lieu ou il a perpetré ce crime, pour y proceder à l'enquete dont l'avait chargé le régisseur du domaine 


Par contre comme d'hab , dès qu'il fait beau , si vous rencontrez un baigneur en petite tenue qui fait trempette dans le bief en amont du barrage , pas la peine d'appeler police secours , il s'agit probablement de l'auteur de ce blog qui en profite pour faire qq brasses ... en toute liberté . 

4 commentaires:

  1. Pourriez vous donner la source de ces vieux registres judiciaires? je n'ai pas réussi à retrouver.

    Par ailleurs il existait un moulin de Sijas, qui était en fait une papeterie. On trouve l'autorisation de construction donné par le roi en 1831 ici: http://books.google.fr/books?id=DsFIAAAAcAAJ&pg=PA328&lpg=PA328&dq=moulin+de+sijas&source=bl&ots=p8atJia5r0&sig=j8mD0JdpIQR9PG2td0E9rJZAzG8&hl=fr&sa=X&ei=3KK9Up-YNKam0AXUnoBg&ved=0CEgQ6AEwBQ#v=onepage&q=moulin%20de%20sijas&f=false
    Elle devait se situer vers le Baillarguet si on en crois un dessin de Jean Marie Amelin daté de 1833.

    RépondreSupprimer
  2. Il y avait aussi un moulin sur le lez qui s'appelait "le moulin des trépassés"... j'aimerai vraiment savoir pourquoi on lui avait donné ce nom. (si quelqu'un a des infos...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce nom lui aurait été donné suite à un accident de diligence qui voulait passer le gué avec le lez en cru. les passagers ont tous été emportés par les eaux. cette réponse vous est donnée comme elle me l'a été racontée donc ....

      Supprimer
    2. merci pour ces informations !

      Supprimer