dimanche 29 mars 2015

le mazet Lebrun a Congenies

Plusieurs années durant , lors d'un vétathlon gardois , les fameux 3C que connaissent bien les sportifs de la région sur la manche de Congénies , j'avais été intrigué par un mazet entouré de pierres dressés mais en passant au milieu de peloton a fond , le souffle court et la langue pendante ... pas vraiment eu le temps de juger .

Donc retour qq années plus tard sur site ... il faut aller se garer au terrain de foot a l'extérieur du village puis monter dans la pinède pour passer au pied d'un réservoir d'eau et continuer la piste sur qq centaines de metre pour atteindre ce mazet .

c'est le mazet Lebrun , du nom de son ancien propriétaire
 

il est entouré d'un foisonnement de rochers de la garrigue dressés ou fixés sur les arbres.
que Daniel Lebrun décédé en 2003 a patiemment amassés , observés , taillés et mis en scène .




Certains rochers sont tels que la nature les a travaillés, d'autres on été largement  retaillés



meme un peu de bois ...


















le plus beau à mon avis ...




 







 le dino ... ou la tortue ?
 le chien ... superbe !

la famille sanglier , reine des garrigues !



4 commentaires:

  1. Cette balade ressuscite en moi un souvenir, un témoignage sur ce mazet parce que j'ai eu l'occasion de discuter avec son propriétaire Daniel LEBRUN, du temps de son vivant, il y a une quinzaine d'année au détour d'une balade (année 2001 ou 2002 ?). Cette homme m'avait alors passionné, dire impressionné, il m'avait parlé en homme simple de cet endroit qu'il choyait pour y passer à la fin de ses jour l'essentiel de son temps (il habitait à Caissargues), il adorait arpenter la garrigue en quête d'une pierre inspiratrice, qu'il transformait en héros de la forêt, le sanglier avec les petits marcassins, qu'il m'avait montré, était étonnant de réalité, il y est toujours et le site est à peu près conservé intact (c'est un miracle), je me souviens aussi des hiboux dans les arbres... J'avais publié ses œuvres dans la Gazette, Midi libre en avait aussi fait un reportage ... Daniel était aussi un passionné d'occitan, écrivant dans la graphie Félibre, et il m’avait remis un poème. Gens qui passait devant chez lui, sachez apprécier son œuvre, un peu à la manière du facteur cheval ! il laisse une empreinte vivante dans ce territoire de garrigue, le souvenir d'une présence. Son âme brille haut dans le ciel. Gageons que ce lieu soit préservé et continue à exister encore longtemps pour enchanter les grands et les petits. Pla mercé Daniel
    Alain LLORIA - Nîmes

    RépondreSupprimer
  2. Merci Alain pour ce récit en hommage à Daniel Lebrun.
    Michel

    RépondreSupprimer
  3. Oui merci, je connais le facteur Cheval qui a construit pierre par pierre tout au long de sa carrière un superbe monument, ce sera avec plaisir que je verrai les ouvrages de Mr Daniel Lebrun

    RépondreSupprimer